Connaissez-vous le principe du "fauchage tardif" ?

Publié le par Sophie

Connaissez-vous le principe du "fauchage tardif" ?

En bonne alsacienne qui aime la propreté et la rigueur, j'ai du mal avec les herbes hautes dans le jardin, l'impression d'être enfermée dans une prison végétale qui bouche la vue... Ça me donne des boutons et je suis obligée de négocier régulièrement avec ma moitié pour avoir un peu d'air et vaincre la claustrophobie naissante ! Pas facile, pas facile...

Ça fait quelques années déjà que j'assiste à la multiplication du système de "fauche tardive" dans les agglomérations autour de chez moi et voir les prairies laissées s'épanouir librement ou les herbes hautes aux abords des chemins ne me dérange pas, au contraire, j'aime la nature (comme tout le monde) mais tout ce fouillis dans mon jardin, c'est une autre histoire !

Maintenant que nous avons lu que cette pratique permettait aux plantes et aux animaux d'accomplir leur cycle biologique en toute tranquillité, favorisait la pollinisation et la biodiversité en général, il va être encore plus difficile pour moi d'obtenir "une petite fenêtre pour sortir de la jungle". Il va falloir que je prenne sur moi pour le bien-être des abeilles, des insectes, des hérissons et tous nos autres petits amis…

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article