Écrire, plaisir ou thérapie ?

Publié le par Sophie

pixabay.com

pixabay.com

Du plus loin que je me souvienne, j’ai toujours aimé écrire. J’ai découvert cette passion dans les dictées et la lecture. Plus jeune, je m'amusais à tenir un journal, il ne racontait pas ma vie au jour le jour mais me permettait de mettre par écrit toutes les pensées qui se bousculaient dans ma tête. Tous les sujets auxquels je tenais y passaient : le bonheur - la famille - l'amour - l'amitié mais aussi la solitude - la différence - la souffrance et bien d'autres encore.

En y réfléchissant, je décortiquais tout, dans tous les sens et dans les moindres détails. Bien souvent, c'était là le seul moyen que j'avais de m'exprimer, de mettre des mots sur ce que je ressentais mais que je ne savais comment expliquer de vive voix. Quand j'écrivais, tout était plus simple, plus clair et personne ne me jugeait !

Cela me permettait d'exorciser le mal, la maladie, la solitude, le sentiment de ne pas être comme les autres... Un exutoire, une bouée de sauvetage, un moyen de ne pas sombrer dans la dépression en quelque sorte ! Plus j'allais mal, plus j'écrivais...

À l'époque, je ne savais pas ce qu'était l'écriture thérapeutique, j'ignorais tout des diverses techniques et n'avais jamais fréquenté d'ateliers d'écriture créative ou thérapeutique. Pourtant, je la "vivais" intensément et sans ce penchant naturel pour l'écriture, je n'en serai certainement pas là aujourd'hui !

Bref, il est clair qu'écrire m'a fait du bien et même si la source s'est tarie pour l'instant (ça veut dire que je vais bien), je sais qu'elle est là, quelque part, et quand le besoin s'en fera sentir, elle s'éveillera à nouveau et fera son office.

Si vous avez vous aussi un goût pour l'écriture, tentez l'expérience, seul ou à plusieurs, en atelier d'écriture ou dans le cadre d'une psychothérapie et vous serez étonné des résultats !

Publié dans Qui sommes-nous

Commenter cet article